Accueil Canopée À lire Journal d’une (presque) végétarienne : le temps du 1er bilan

Journal d’une (presque) végétarienne : le temps du 1er bilan

  • Point de vue
  • 09.09.2021
Cela va bientôt faire deux mois que j’ai arrêté de manger de la viande et du poisson.
Ou presque.
Je suis ce qu’on appelle une flexitarienne, autrement dit une « semi-végétarienne » (bien que ce mot ne soit pas très beau).

Et parce que j’ai eu l’impression que de plus en plus de personnes autour de moi voulaient suivre cette voie, ce qui est peut-être ton cas, j’ai eu envie de partager mes réflexions en toute transparence. Voici donc mon second témoignage !

La viande et le poisson me manquent beaucoup moins que ce je m’étais imaginé

Vraiment, c’est une surprise. Je m’attendais à saliver à chaque coin de rue, à me trouver des excuses en série pour m’accorder des « exceptions », mais non.

Je me l’explique de deux façons.

Il y a d’abord le fait que je sois flexitarienne et non végétarienne.
Cette flexibilité me rassure et contribue, je le crois, à ma faible consommation de produits d’origine animale.

Mon cerveau est comme un enfant.
Si je lui interdis formellement quelque chose, il va avoir envie de le faire.
Si je lui donne des consignes plus cool, il va se dire « ok bon, d’accord ».

C’est comme ça que la semaine dernière je n’ai mangé qu’une fois de la viande – alors que je m’autorise officiellement 4 fois maximum – sans que cela ne me demande d’efforts.

Je n’ai pas eu l’impression de me priver, je n’en avais juste pas envie.

La deuxième raison est que plus je me renseigne sur le sujet, plus il me paraît compliqué de manger des animaux. Pour des motifs écologiques, de santé et de bien-être animal.

J’ai le sentiment que quelque chose s’est reconnecté dans mon cerveau.

Avant, un jambon, un steak ou un sushi étaient de la simple nourriture. Rien de plus.
Aujourd’hui, je sais que je mange un être qui, il y a quelque temps, était vivant comme je le suis.
Cette prise de conscience est brusque, mais elle est réelle et nécessaire en ce qui me concerne.

« Ce soir-là au dîner, il y avait des pilons de poulet. Je n’ai pas pu en manger. Quand j’ai pris l’os entre mes doigts, je n’ai pas eu l’impression que c’était « du » poulet » mais « un » poulet. Je suppose que j’avais toujours su que je mangeais un individu mais cela ne m’avait jamais mise à l’aise auparavant. »

Faut-il manger des animaux ? Safran Foer Jonathan

Je ne me sens plus autant fatiguée que la 1re semaine

Cela m’avait un peu inquiétée, mais je pense que cette fatigue était due à un trop-plein de nouveautés (déménagement à l’étranger, changement de régime alimentaire). Après tout, mon corps n’avait jamais vu passer autant de fruits et de légumes de sa vie… Il n’a pas dû comprendre tout de suite ce qui était en train de se passer, mais là, ça y est, il commence à apprécier. Je me sens bien.

Je découvre les bons plans végétariens

Enfin surtout un, pour l’instant ! C’est une amie qui m’a parlé de l’application HappyCow : une carte qui recense les restaurants soit végétariens, soit végans, soit avec des options végétariennes. On visualise le tout d’un coup d’œil, très pratique dans sa propre ville et peut-être encore plus lorsqu’on est en vadrouille ailleurs. La communauté laisse en plus son avis sur les restaurants déjà testés. J’approuve !

Screenshot de l’application HappyCow

Ma dernière découverte grâce à cette application est un petit restaurant qui est à quelques pas de chez moi, mais que je n’avais jamais remarqué car il se trouve dans une ruelle à l’abri des regards. J’y ai dégusté un « piadina » aux courgettes, fromage de chèvre, miel et noix. Un délice !

Par contre, j’ai du mal avec le temps et l’implication que tout cela demande

Ma vie d’avant était beaucoup plus simple. Je faisais cuire des pâtes (ça c’est toujours possible, ouf), un steak haché ou des knackis (oui, c’était vraiment ce que je faisais), et le tour était joué.

Maintenant, je dois :

  1. Trouver une recette de cuisine (l’inspiration me manque) ;
  2. Faire mes courses au marché et/ou dans des magasins bios/éco-responsables ;
  3. Cuisiner (longtemps) ;
  4. Ranger tout mon bazar (et ce n’est pas beau à voir).

Je suppose que je vais m’y habituer voire, je l’espère, y prendre goût. En attendant, je reconnais que ce n’est pas tous les jours une partie de plaisir de ce côté-là. D’ailleurs pour le moment j’ai abandonné l’idée de faire du batch cooking – j’en parlais dans mon article sur ma 1re semaine sans viande – car… je n’ai pas la patience !

Et ce n’est pas grave.
On y va en douceur.
Mais quoi qu’il en soit, on y va !

Je ne me suis pas non plus encore renseignée sur ce qu’est un régime végétarien équilibré, par exemple sur les combinaisons judicieuses à connaître comme légumineuses + produits céréaliers (je viens d’interroger mon ami Google pour pouvoir te donner cet exemple).

Il y a tant de choses à savoir.
Je me sens comme une enfant qui a tout à (ré)apprendre.
Mais je suis curieuse de ce nouveau monde qui s’ouvre à moi, alors ça ira.

Découvrez d'autres contenus
inspirants

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.